L’acrotomophilie

D’un côté, nous pouvons citer les personnes qui ont une idée toute faite de la vie, qui préfèrent ne jamais se poser de questions et qui considèrent simplement tout ce qui est contraire aux « normes » de la société comme relevant de la folie pure. De l’autre côté, il y a les personnes qui essayent de garder une certaine ouverture d’esprit, de ne pas juger et de voir les choses sous divers angles et points de vue. Et c’est ce qu’il faut pour l’acrotomophilie.

acrotomophilie-personnes-amputées-déviance-sexuelle-stimuli-insolite-2

Dès lors qu’on commence à adopter ce genre d’attitude, ce proverbe prend tout son sens : « Tous les goûts sont dans la nature ». Ce dicton peut s’appliquer à de nombreuses situations et dans de nombreux domaines. Et c’est sans aucun doute le cas en matière de sexualité. Pour les premières personnes, la sexualité est un sujet tabou, pour les secondes, elle n’est qu’un sujet parmi tant d’autres qui mérite qu’on s’y attarde.

Ainsi, à côté de la sexualité dite vanille (un terme regroupant les attirances et les pratiques sexuelles considérées comme étant conformes aux normes de la société), il y a ce qu’on appelle la paraphilie. Ce terme regroupe ainsi les attirances et les pratiques sexuelles, à l’opposé de la sexualité vanille. Elles sont également appelées déviances sexuelles. Une liste des paraphilies a été établie par les chercheurs et regroupe des penchants aussi nombreux que différents les uns des autres. Focus sur l’acrotomophilie.

 

L’acrotomophilie, un mal pour un bien ?

Parmi ceux-ci, on peut citer l’acrotomophilie. Derrière ce terme original se trouvent une attirance et une pratique très peu connue et qui sort des sentiers battus de ce qui est considéré par la plupart des gens comme étant la sexualité « normale ». Ainsi, l’acrotomophilie désigne une attirance sexuelle pour les personnes amputées. Cette amputation peut concerner une quelconque partie du corps bien qu’il soit tout à fait possible que chaque acrotomophile peut avoir sa préférence, s’agissant du ou des membres amputés.

acrotomophilie-personnes-amputées-déviance-sexuelle-stimuli-insolite-3

Selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, pour qu’il y ait vraiment paraphilie, il faut que l’attirance ou la pratique déviante soit le seul moyen pour le sujet d’avoir une excitation ou un plaisir sexuel. Il faut également que l’attirance et la pratique sexuelle déviante durent au moins six mois. Il faut également qu’elle provoque « une détresse clinique notable ou un handicap dans le domaine social, professionnel ou autres domaines fonctionnels importants ».

 

Déviance ou normalité ?

Pourtant, bon nombre d’acrotomophiles considèrent leur penchant pour les personnes ayant un membre amputé comme étant tout à fait normal et vivent très bien leur préférence. Ainsi, on peut voir des sites et des forums sur Internet, dédiés à l’acrotomophilie. C’est surtout la façon dont la société voit et considère les acrotomophiles, qui pose problème étant donné qu’elle les considère souvent comme des psychopathes, des malades mentaux et des parias. Ainsi, certains acrotomophiles préfèrent cacher garder leur préférence sexuelle.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *