La flatuphilie, une déviance dans le vent ?

Lorsque quelqu’un émet une flatulence en public, dans le meilleur des cas, les personnes alentour peuvent être étonnées ou rire. Dans le pire des cas, elles peuvent être dégoûtées et s’énerver pour le manque de savoir-vivre. Flatuphilie bonjour !

farting-flatuphilie-pet-odeur-amour-deviance-stimuli-insolite-1

Ce sont généralement ces deuxièmes réactions qui surviennent, car le pet ou la flatulence peut être incommodant puisqu’elle présente souvent une odeur désagréable. Pourtant, aussi bizarre que cela puisse être, dans ce domaine, il existe des personnes qui ne rejoindront pas l’avis général. Ces personnes sont des flatuphiles.

Farting ou flatuphilie, l’amour des mauvaises odeurs

La flatuphilie est tout simplement le fait pour une personne d’éprouver une excitation sexuelle liée à la flatulence. Ainsi, le flatuphile va généralement ressentir un plaisir sexuel lorsqu’il écoute le bruit et ressent le pet d’une autre personne ou lorsqu’il va lui-même péter près de ou sur une autre personne. La flatuphilie peut aussi bien concerner les hommes que les femmes et selon les recherches et les témoignages de quelques flatuphiles, l’origine de ce penchant remonte souvent à l’enfance.

Généralement, le plaisir sexuel ressenti par le flatuphile n’implique aucun attouchement et aucune relation sexuelle. Elle est classée parmi les attirances et les pratiques dites paraphiliques, en d’autres termes, des penchants sexuels qui s’écartent de ceux considérés comme étant « normaux » par la société. Cependant, bien qu’elle soit étrange, il faut admettre que la flatuphilie est loin d’être l’attirance ou la pratique paraphilique la plus surprenante. Ainsi, la flatuphilie est à différencier d’autres pratiques comme la coprophilie qui est le fait d’avoir un plaisir sexuelle pour les excréments.

 

Les bases d’une déviance

Selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, pour qu’il y ait vraiment paraphilie, il faut que l’attirance ou la pratique déviante soit le seul moyen pour le sujet d’avoir une excitation ou un plaisir sexuel. Il faut également que l’attirance et la pratique sexuelle déviante durent pendant au moins six mois. Il faut également qu’elle provoque « une détresse clinique notable ou un handicap dans le domaine social, professionnel ou autres domaines fonctionnels importants ».

farting-flatuphilie-pet-odeur-amour-deviance-stimuli-insolite-2

Pourtant, bon nombres de flatuphiles ne pensent pas ressentir un quelconque handicap et considèrent leur attirance et leur penchant pour le pet comme étant tout à fait naturels. Comme dans de nombreux attirances et penchants paraphiliques, les adeptes de la flatuphilie sont présents sur Internet, à travers les sites spécialisés dans le domaine, les forums,… Ces plateformes leur permettent de partager leurs goûts, leurs penchants ainsi que leurs vécus et ce librement et en tout anonymat. Ces sites et forums leur permettent également de tisser des liens entre eux. Vous pouvez aussi le trouver au mot “farting“.

 

La flatuphilie, un penchant inavoué

Si certaines personnes décident d’assumer leur penchant et leur attirance, la plupart du temps, les paraphiles préfèrent ne pas en parler afin d’éviter d’être mal vues au sein de leur société, surtout s’ils ont une réputation à tenir. En effet, rares sont les personnes disposant d’une réelle ouverture d’esprit de façon à les considérer comme étant des individus normaux. Les paraphiles sont souvent considérés comme étant des malades mentaux. Ainsi, certains d’entre eux choisissent même de passer par des thérapies afin d’éliminer leur déviance sexuelle. Cela passe par la psychanalyse, la psychothérapie ou la prise de traitement médicamenteux. Mais le flatuphile n’a-t-il pas également le droit de vivre librement son attirance pour les pets, tant qu’il n’entrave pas la liberté et ne porte pas atteinte à l’intégrité physique des autres personnes qui l’entourent ?

 

Nous avions parlé des robots sexuels pour l’avenir, auront-ils aussi une option flatulence pour les adeptes ?

 

1 réflexion sur « La flatuphilie, une déviance dans le vent ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *