L’apotemnophilie, ce besoin d’être amputé

apotemnophilie-stimuli-insolite

Vouloir être amputé? Quelle idée ! Le fonctionnement notre cerveau reste parfois inexplicable, du moins pour un simple profane. Pourtant, cet organe influence divers aspects de notre corps et notamment nos comportements. L’apotemnophilie figure ainsi parmi les plus intéressants. En effet, ce terme, créé en 1977 par Gregg Furth (psychanalyste jungien également apotemnophile), John William Money ainsi que Russel Jobaris, désigne le désir de se faire amputer une partie du corps. Ce désir est généralement relié à un plaisir sexuel.

Un fantasme dérangeant

Il est assez difficile de concevoir un quelconque lien entre le plaisir et le fait de se faire amputer, ce qui fait que l’apotemnophilie est assez choquant pour la plupart des gens. Ainsi, ce désir très particulier est en principe, associé à la paraphilie, ces penchants et préférences qui s’écartent des attirances et pratiques sexuelles considérées comme « normales » au sein de la société. Dans ce cas-là, il serait plus simple d’utiliser un robot sexuel auquel on pourrait donner l’aspect que l’on veut, il pourrait alors avoir un membre amputé. L’apotemnophilie est également associé aux troubles identitaires relatifs à l’intégrité corporelle, un trouble psychiatrique qui provoque chez le sujet un besoin de devenir handicapé. Les premiers cas d’apotemnophilie ont été étudiés vers les années 70 et depuis les dernières décennies grâce à Internet, on assiste au regroupement des personnes sujettes à ce penchant.

Un sujet d’étude fascinant

Ainsi, l’apotemnophilie figure parmi les troubles les plus étudiés par les chercheurs. Selon ceux-ci, beaucoup d’éléments peuvent être à l’origine de ce désir de se faire amputer une partie du corps. Les expériences vécues, les facteurs culturels et génétiques y jouent ainsi un grand rôle. L’apotemnophilie a d’ailleurs, tendance à  toucher les hommes que les femmes et les premiers signes remontent souvent à l’enfance. Les études démontrent également que l’apotemnophilie concerne la jambe gauche plus que toute autre partie du corps. Cela étant dit, les chercheurs ont également constaté que chez les apotemnophiles, une zone du cerveau, au niveau du cortex préfrontal, présente certaines anomalies.

Caractéristiques de l’apotemnophile

L’apotemnophile est généralement très dépressif et s’isole socialement. Le sujet considère qu’il ne sera lui-même qu’après avoir été amputé de la partie du corps qui ne lui appartient pas. Le fait de se faire amputer va alors le calmer émotionnellement. Cela va également être accompagné d’un plaisir sexuel. Pourtant, généralement les hôpitaux n’acceptent pas de réaliser une amputation d’une partie du corps parfaitement saine. Ainsi, l’apotemnophile va dans un premier temps essayer de s’automutiler afin de provoquer une infection irréversible ou une gangrène du membre dont il veut se débarrasser. Ainsi, les médecins n’auront plus le choix que d’amputer le membre. Pire encore, certains apotemnophiles décident de se couper eux-mêmes la partie du corps qui les dérange. Des instructions concernant les procédés d’amputation sont d’ailleurs disponibles sur Internet. Une personne sujette à l’apotemnophilie est donc un danger pour lui-même.

bras-poupée-amputée-stimuli-insolite

Un traitement de maladie mentale

La psychanalyse et la psychothérapie figurent parmi les moyens pouvant soigner l’apotemnophilie. Malheureusement, la plupart de ces apotemnophiles ne se considèrent pas comme ayant un quelconque trouble mental et s’estiment être tout à fait normaux. La société quant à elle a une idée tout à fait arrêtée sur le sujet. En effet, étant un état incompréhensible et considéré comme étant un désir absurde par la plupart des  gens, les apotemnophiles sont tout simplement classés dans les catégories de malades mentaux. D’ailleurs, les personnes présentant un handicap physique d’origine pré-natale ou d’origine post-natal du fait d’un accident ou d’une maladie sont généralement choquées par ce type de trouble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *